La fête du potiron – Agatha Christie

D038740B-9E8B-46FE-8995-7D974433EB20Mrs Drake a organisé chez elle une soirée pour Halloween. Les enfants participent aux préparatifs, avec l’aide d’Ariadne Oliver. Une fillette à la langue bien pendue, Joyce, se vante devant Mrs Oliver d’avoir assisté à un vrai meurtre. Tout le monde lui rit au nez, Joyce ayant la réputation de mentir pour se rendre intéressante. La fête est une réussite, mais, après le départ des invités, on découvre le cadavre de Joyce dans la bibliothèque. Mrs Oliver fait alors appel aux services de son ami, Hercule Poirot.
254 pages


« La fête du potiron » (titre original en français) a été renommé « Le crime d’Halloween » suite à une réédition en 1999, on peut donc trouver cette oeuvre sous les deux titres.

Pour la petite histoire, Il faut savoir que jusqu’à il y a quelques années je ne lisais jamais de policiers car j’avais dans l’idée que ce genre de livre est forcément très angoissant (et comme je suis une grosse chochotte, je préférais m’abstenir). Il y a 2 ans je me suis tout de même décidée à lire « Les dix petits nègres » car c’est un classique et je voulais m’essayer à cette auteure de génie. Sauf que ce livre m’a (un peu) traumatisé car je l’ai trouvé hyper angoissant (il faut dire que je l’ai commencé un soir en allant me coucher, et comme je n’ai pas pu m’arrêter, je l’ai lu d’une traite, jusqu’à une heure avancée de la nuit, seule dans mon salon, sursautant au moindre bruit…). Et donc suite à cette lecture (pour la sérénité de mes nuits), je m’étais promis de ne plus jamais lire Agatha Christie (oui, parfois, je suis un peu stupide). Ce sont les challenges de lecture (le reading classics challenge 2018 et le Pumpkin Autumn Challenge) et Thecupofjoys qui m’ont poussés à retenter l’expérience et m’ont permis de me réconcilier totalement avec elle.

 



 

L’histoire se passe dans la petite ville de Woodleigh common. Ariadne Oliver, auteure de romans policiers, fait appel à son ami Hercule Poirot pour résoudre le meurtre de Joyce, une petite fille de 13 ans. Elle a été assassinée au cours d’une fête d’Halloween organisée pour les enfants passant de l’école primaire à secondaire (les « plus de onze ans »). Le meurtrier l’a noyé en lui plongeant la tête dans un seau d’eau. La fillette s’était vantée quelques heures avant sa mort d’avoir été témoin d’un meurtre quelques années auparavant. Cette fanfaronnerie est  bien là le seul mobile plausible pour ce crime abominable (un enfanticide!). Hercule Poirot décide donc de remonter le temps (au sens figuré, bien sur) et d’étudier tous les crimes commis dans ce village durant les 3-4 dernières années pour essayer de faire le lien avec celui de Joyce. « Le temps aurait là encore une signification importante […] il nous faut partir du passé pour progresser jusqu’au présent », car après tout, « Le passé est le père du présent ». La vérité sort de la bouche des enfants ? Pas si sûr … C’est ce qu’Hercule Poirot va devoir déterminer…

Pour ce qui est de mon avis, je n’ai pas grand chose à dire sur ce livre, lu à l’occasion du pumpkin autumn challenge 🎃. C’est une lecture agréable et sympathique. J’ai beaucoup aimé le personnage d’Ariadne Oliver, elle est complètement déjantée et rigolote avec sa passion pour les pommes. J’ai aussi bien aimé l’atmosphère automnale et les promenades de Poirot dans la campagne anglaise, et plus particulièrement dans le somptueux jardin de Michael Garfield : « C’était comme si les génies primitifs inspirant les poètes irlandais, étaient brusquement sortis de leurs montagnes pour créer là, non à force de peine et de travail, mais par magie, un jardin enchanteur. Les fleurs, les buissons, la fontaine qui rendait un son cristallin, tout ravissait l’oeil du visiteur mal préparé à un tel spectacle ». Le rythme de l’intrigue est assez lent, mais il s’accélère grandement dans les 50 dernières pages et je dois dire que j’ai été plutôt surprise par le dénouement, et même si je me doutais de l’implication de certains personnages, le  « bouquet final »  est plutôt pas mal.

C’est seulement le quatrième Agatha Christie que je lis mais il m’a semblé qu’il laissait transparaître une certaine mélancolie tout au long de l’histoire. 

 

Avez-vous d’autres Agatha Christie ou des titres de policiers (pas trop angoissant, hein :p) à me conseiller ?

Publicités

3 commentaires sur “La fête du potiron – Agatha Christie

Ajouter un commentaire

  1. coucou, comme toi, j’ai trouvé 10 petits nègres angoissant, moi aussi, je le lisais le soir dans mon lit… 😛
    sinon, en moins angoissant, il y a Mr Parker Pyne, j’ai aussi aimé Mort sur le Nil et la plume empoisonnée dans mes préférés, il y a en a bien sûr beaucoup d’autres, je te souhaite de continuer la découverte de cette auteure 😉

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :