La mare au diable – George Sand

La mare au diable par Sand

On l’appelait la mare au Diable, car ses brumes, le soir, égaraient les voyageurs. Perdus à leur tour, Germain, Marie et le Petit Pierre sont forcés d’y passer la nuit. Le laboureur et la jeune fille ont le coeur triste. Germain va chercher une épouse pour s’occuper de ses enfants orphelins de leur mère. A quoi bon se marier, pense-t-il, quand l’amour n’y est pas. Et Marie a quitté sa mère, ce matin, en larmes, pour se louer comme bergère à la ferme des Ormeaux, si loin. Seul, Petit Pierre, le fils de Germain, est heureux et confiant. De lui dépendra le sort de ceux qu’il aime tant. Dédié à Chopin, ce bref roman champêtre a un charme inégalé. George Sand a vu le beau dans le simple. Elle chante, quelquefois en patois, les joies de l’amour, de l’enfance et du travail de la terre. Beaucoup d’amour et un peu d’idéalisme sont ses secrets.


Je continue, lentement mais surement, le Reading classics challenge organisé par Lilly and books. Je suis moins assidue que l’an dernier, mais j’ai tout de même validé un auteur par mois (bon, ok, en prenant en compte mon retard 😅😇).

Quelques mots sur l’autrice, parce-que oui, George Sand était une femme : De son vrai nom Amantine Aurore Lucile Dupin, elle est aussi la baronne Dudevant. Elle a écrit plus de 70 romans (impressionnant tout de même, non ? ). C’est une Féministe avant l’heure, d’après Wikipédia, « George Sand prend la défense des femmes, prône la passion, fustige le mariage et lutte contre les préjugés d’une société conservatrice ». Grâce à une permission de travestissement, elle porte des pantalons ! (La classe pour l’époque, et un sacré pas pour la femme !), dont elle a lancé la mode. C’était donc un personnage haut en couleurs !

Je n’avais jamais lu George Sand, et je ne savais pas tellement à quoi m’attendre. J’ai donc commencé ma lecture curieuse et sans idées pré-conçues. Le préface est tellement beau et bien écrit que j’ai eu l’impression de lire un poème tout le long, un régal pour les yeux.

« Le plus heureux des hommes serait celui qui, possédant la science de son labeur et travaillant de ses mains, puisant le bien-être et la liberté dans l’exercice de sa force intelligente, aurait le temps de vivre par le cœur et par le cerveau, de comprendre son œuvre et d’aimer celle de Dieu. »

C’est un roman champêtre qui raconte une intrigue amoureuse entre deux paysans. Germain, 28 ans qui a du mal à se consoler de la mort de sa femme, se laisse convaincre par son beau-père de rencontrer une jolie veuve dans le but de se remarier (bah oui, il faut bien que quelqu’un s’occupe de ses enfants 😛 ). Le deuxième protagoniste principal est Marie, une jeune bergère de 16 ans que sa vielle mère envoie travailler loin de chez elle, n’ayant pas les moyens de la nourrir correctement.
J’ai passé un agréable moment de lecture. Je me suis attachée à Marie qui est une jeune fille très courageuse et altruiste, prête à sacrifier son bonheur pour permettre celui des autres.

« Sa beauté triompherait de tout, et de quoi ne triompherait pas, en effet, l’incomparable beauté de l’enfance. »

J’ai aussi adoré Petit Pierre, qui est un enfant vraiment trop mignon avec ses mots touchants et sa vision naïve de la vie. On découvre la vie et les coutumes des paysans, leur vie simple et leurs préoccupations. J’ai moins aimé la dernière partie du livre qui raconte le mariage, j’ai trouvé ça un peu bizarre.

« Tout cela était beau de force ou de grâce : le paysage, l’homme, l’enfant, les taureaux sous le joug ; et malgré cette lutte puissante, où la terre était vaincue, il y avait un sentiment de douceur et de calme profond qu planait sur toutes choses. »

En bref, ce livre est court et se lit vite, c’est une lecture charmante qui m’a beaucoup plu.

 

Avez-vous déjà lu un titre de George Sand ?
Publicités

8 commentaires sur “La mare au diable – George Sand

Ajouter un commentaire

  1. La Mare au diable était obligatoire comme lecture dans mon parcours scolaire. Dans mes souvenirs, je n’avais pas beaucoup aimé, mais cela fait environ 10 ans que je l’ai lu. Ta chronique me donne le goût de redécouvrir cette histoire 🙂

    J'aime

  2. Je l’ai lu mais il y a si longtemps. J’avais aussi lu la petite fadette et plus récemment j’ai lu des extraits de sa correspondance avec Alfred de Musset qui fut longtemps son amant et qui lui écrivait des lettres enflammées

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :