Le portrait de Dorian Gray, Oscar Wilde

Le portrait de Dorian Gray

Résumé:
Alors qu’il rend visite à son ami peintre Basil Hallward, Lord Henry rencontre le jeune Dorian Gray. Emerveillé par sa jeune beauté et sa naïveté, il se lie rapidement d’amitié avec lui et dit, en plaisantant, qu’une fois le portrait terminé, seul celui-ci gardera à jamais cette beauté tandis que Dorian vieillira peu à peu. Le jeune homme déclare alors qu’il donnerait son âme pour que ce portrait vieillisse à sa place. A ces mots, tous rirent… sur le moment.
Effrayé par ce portrait si parfait, Dorian le laissera chez lui, protégé de la vue de tous, cachant honteusement le secret de son âme…


Mon avis

Je voulais lire Le portrait de Dorian Gray depuis des années. J’adore Le fantôme de Canterville du même auteur et je voulais découvrir d’autres de ses oeuvres.
Cependant, mon avis est mitigé. J’ai adoré l’écriture et les messages que ce livre fait passer, par contre je n’ai pas accroché plus que ça à l’histoire et aux personnages, je me suis un peu ennuyée. Je n’avais pas lu le résumé alors je ne savais pas à quoi m’attendre. Il y a une dimension fantastique à laquelle je ne m’attendais pas et qui m’a un peu perturbée. Dans ce roman, on assiste à la perversion progressive de l’âme du jeune dandy Dorian tandis que son physique reste inchangé magré les années qui passent. On plonge directement dans la noirceur de mon âme. La psychologie du personnage est poussée et bien développée. Dorian ne vit que pour son plaisir, il est égocentrique à l’extrème.J’ai été choquée par son manque de considération et de remords suite à la fin malheureuse que connait l’actrice de qui il s’entiche au début du roman. Cela dit, c’est le but de ce roman de choquer, alors il ne faut pas s’en étonner.
Oscar Wilde traite de nombreux sujets comme la beauté, la jeunesse, l’esthetisme, l’amour, l’hédonisme. Et bien sûr, il critique la société. Ce roman pousse vraiment à la reflexion, à nous questionner sur la société, sur le regard de l’autre, sur la beauté. J’ai aimé cet aspect philisophique, mais je n’ai pas accroché à l’histoire.

En bref: si je me suis légèrement ennuyée pendant cette lecture et que je ne m’attendais pas à la dimension fantastique, j’ai adoré l’écriture d’Oscar Wilde. C’est magnifiquement écrit, poétique et cynique à la fois. Je pense le relire dans quelques années car je pense que la période à laquelle je l’ai lu n’était pas la meilleure: c’était pendant le confinement (le 1er :p) et à ce moment-là, j’avais plutôt besoin de lectures légères et joyeuses.

Est-ce-que vous avez lu le portrait de Dorian Gray ou un autre titre d’Oscar Wilde ?

Citations


« J’ai donné mon âme entière à un être qui la traite comme une fleur à mettre à son habit, comme un bout de ruban pour sa vanité, comme la parure d’un jour d’été. 

« Le seul moyen de se libérer de la tentation, c’est d’y céder. Résistez-y et votre âme languira, tourmentée. »

« J’ai bien trop de plaisir à lire pour me donner la peine d’écrire. »

« Ceux qui sont fidèles connaissent seulement le côté trivial de l’amour »

« Influencer quelqu’un c’est lui voler son âme. Elle devient l’écho de la musique d’un autre. »

« Je suis heureux que vous n’ayez jamais rien fait, jamais sculpté une statue, jamais peint un tableau, jamais produit quoi que ce soit en dehors de vous-même. La vie a été votre art. Vous vous êtes mis en musique. Vos jours ont été vos sonnets. »

« – Lord Henry, je voudrais que vous m’appreniez à redevenir jeune.
Il réfléchit un instant.
– Vous rappelez-vous, madame, quelque grave erreur que vous auriez commise dans votre jeune temps ? lui demanda-t-il en la regardant par-dessus la table.
– Des quantités, je le crains, s’écria-t-elle.
– Eh bien, recommencez, dit-il sérieusement. Pour retrouvez sa jeunesse, il suffit de réitérer ses folies. »

10 commentaires sur “Le portrait de Dorian Gray, Oscar Wilde

Ajouter un commentaire

  1. J’essaye moi aussi de temps en temps de lire des classiques, je n’ai jamais lu Oscar Wilde jusqu’à présent mais « Le fantôme de Canterville » me fait bien envie. 🙂
    Mon favori depuis toujours reste « Les Misérables » même si je trouve que Victor Hugo a un style d’écriture très lourd avec des descriptions de lieux très longues par exemple, j’ai eu beaucoup de mal à apprécier « Notre-Dame de Paris » à cause de ça. ^^

    Aimé par 1 personne

  2. Depuis le temps que je le traîne … Je n’arrive jamais à dépasser 20 pages et comme je ne suis pas captive de l’histoire, je n’y reviens pas. Je ne savais même pas qu’il y avait une dimension fantastique. Il va falloir s’y mettre 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :