La supplication: Tchernobyl, chroniques du monde après l’apocalypse – Svetlana Alexievitch

 

EB808967-0BE8-409B-993B-EF4E78517182

« Des bribes de conversations me reviennent en mémoire… Quelqu’un m’exhorte : – Vous ne devez pas oublier que ce n’est plus votre mari, l’homme aimé qui se trouve devant vous, mais un objet radioactif avec un fort coefficient de contamination. Vous n’êtes pas suicidaire. Prenez-vous en main ! »  Tchernobyl. Ce mot évoque dorénavant une catastrophe écologique majeure. Mais que savons-nous du drame humain, quotidien, qui a suivi l’explosion de la centrale ? Svetlana Alexieviteh nous fait entrevoir un monde bouleversant celui des survivants, à qui elle cède la parole. Des témoignages qui nous font découvrir un univers terrifiant. L’événement prend alors une tout autre dimension. Pour la première fois, écoutons les voix suppliciées de Tchernobyl.

267 pages

 



 

Il y a tellement de choses que j’aimerais dire sur ce livre, sur les sentiments qu’il a provoqué en moi, mais c’est difficile de trouver les mots…

Alors, c’est sûr, cette lecture n’est pas une partie de plaisir, pourtant je pense que tous ceux qui comme moi, n’étaient pas nés en 86 devraient lire ce livre. Sa lecture est quasi nécessaire. Sans le #readingclassicschallenge2018, je n’aurais probablement jamais lu ce livre, par manque de courage surement. Et jamais un livre ne m’aura autant marqué, il ne m’a pas touché, il m’a foudroyé…
Je n’étais pas encore née en 86, et je me suis rendue compte grâce à ce livre que je ne connaissais pas grand chose à Tchernobyl, on en parle à peine en cours d’histoire. Cette lecture, bien que très difficile, est nécessaire et fait beaucoup réfléchir. Ce livre nous fait réaliser l’ampleur de la catastrophe, sa conséquence pour les habitants du pays mais aussi pour le monde entier. Tchernobyl, c’est une guerre contre un ennemi invisible, imputable à l’homme, et tellement lourde de conséquences, aussi bien à court qu’à long terme.

Cette oeuvre, qui est une compilation de témoignages de Tchernobyl, est vraiment poignante, très dure à lire quand on se rend compte de l’horreur que les gens ont vécue, mais indispensable pour se rendre compte de la réalité des faits. J’ai d’ailleurs eu le malheur de le commencer un soir avant d’aller me coucher, grossière erreur, impossible de s’endormir après avoir lu le 1er témoignage. On réalise l’héroïsme et le sens de l’abnégation des « liquidateurs » qui ont permis d’endiguer la catastrophe.
Les témoignages sont tellement forts, porteurs d’amour, de douleur, d’horreur, de courage et d’humanité; de vie et de mort.
« La supplication » mérite vraiment son prix Nobel !

 


 

Voici quelques passages de ce livre qui m’ont particulièrement marqués:

« Tchernobyl est un mystère qu’il nous faut encore élucider. C’est peut-être une tâche pour le XXIe siècle. Un défi pour ce nouveau siècle. »

« Tchernobyl, c’est une guerre au-dessus des guerres. L’homme ne trouve son salut nul part. Ni sur la terre, ni dans l’eau, ni dans le ciel. »

« Nous construisions des abris. Nous voulions nous protéger de l’atome mais il est partout… Dans le pain, dans le sel… »

« L’incroyable quantité de mensonges liés à Tchernobyl n’a pas d’équivalent, sauf pendant la guerre »
« Il n’y a pas de véritable chronique de Tchernobyl dans la mesure où personne ne pouvait vraiment filmer: tout était couvert par le secret militaire. Si quelqu’un parvenait à filmer ou photographier quelque chose, le matériel lui était confisqué et la pellicule détruite. »

« Il n’y avait aucune information. Nous recevions des montagnes de papiers avec la mention « strictement confidentiel »: « garder secrètes les informations sur l’accident », « garder secrètes les informations sur les résultats du traitement des malades », « garder secrètes les informations sur le degré de contamination radioactive du personnel ayant participé à la liquidation » « 

« Je suis ingénieur chimiste, docteur ès sciences. On m’a appelé sous les drapeaux alors que je dirigeais un laboratoire d’un grand complexe industriel. Et comment m’utilisait-on ? On m’a mis une pelle dans la main. C’était pratiquement mon seul instrument. La pelle, la meilleure arme antinucléaire. »

« Les paysans ne comprenaient pas ce qu’il c’était passé. Ils avaient une foi quasi religieuse dans les scientifiques, les gens cultivés. Et nous leur répétions  » tout va bien. Rien de grave, il suffit de se laver les mains avant de manger. » J’ai compris bien plus tard que nous avions tous participé… à un crime… A un complot… »

 » Lorsque je suis rentré d’Afghanistan, je savais que j’allais vivre. Mais Tchernobyl, c’était le contraire : cela ne tuerait qu’après notre départ… « 

« Je crains la pluie… voilà ce qu’est Tchernobyl. Je crains la neige, et la forêt. Ce n’est pas une abstraction, une déduction. C’est un sentiment qui gît au plus profond de moi-même. Tchernobyl se trouve dans ma propre maison. Il est dans l’être le plus cher pour moi, dans mon fils qui est né au printemps 1987… Il est malade »

« Dans les premiers jours, nos sentiments étaient mitigés. Les plus forts étaient la peur et le sentiment d’outrage. Une chose terrible veinait de se produire et aucune information n’était disponible. Les autorités se taisaient, les médecins se taisaient […] Mais si l’on met de côté les émotions et la politique, il faut reconnaître que personne ne croyait vraiment à ce qui venait de se passer. Même les scientifiques ne parvenaient pas à y croire ! IL n’y avait aucun précédent, ni chez eux, ni chez nous, ni dans me monde entier. »

5 commentaires sur “La supplication: Tchernobyl, chroniques du monde après l’apocalypse – Svetlana Alexievitch

Ajouter un commentaire

  1. J’avais fait mon TPE sur Tchernobyl en 1ère et ça m’avait beaucoup marquée. Bizarrement, je n’ai pas entendu parler de ce livre au cours de mes recherches, mais du coup, j’ai très envie de le lire maintenant et tu me donnes encore plus envie ! Je suis en retard dans mon #readingclassicschallenge, mais je compte bien y remédier (et tu me donnes encore plus envie de le lire…)

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :